Conaripe

 

Un petit dernier post sur ce blog depuis Santiago en ce jour de Noël puisque la fin du monde nous a fait faux bond.

 

Après ces quelques journées sous la pluie à Choshuenco, nous avons récupéré Gil et Pedro au terminal de bus de Conaripe pour aller passer quelques nuits dans la cabana prêtée par un ami à Gil. 10 kms de piste pour arriver au fond de la forêt dans un endroit improbable : une cabana isolée plantée au milieu d'arbres immenses nous empêchant d'apercevoir le ciel. Le truc aurait un certain charme en plein été mais hélas cette année l'été avait un peu de retard et la pluie a redoublé pour passer ensuite à la grêle … Il a bien fallu s'y mettre à trois pour convaincre Gil de trouver un endroit plus accueillant au regard des conditions climatiques.

 

Mais le départ fut compliqué par un truc possible seulement quand Gil est dans le coup : une crevaison ( notre 2ème ) au fond de la forêt à plusieurs kilomètres de la première habitation et où on découvre que nous n'avons pas la clef pour démonter la roue !

 

Donc la suite, ce fut une nuit près de la plage à Conaripe et 2 nuits au bord du lac Tinquilco là même où nous avions débuté notre tour de la région près d'un mois plus tôt. En chemin, visite très sympa à un petite nièce de Pedro qui tient une parillada près de Pucon. On a pu observer une différence notable de fréquentation avec le début décembre.

l'équipe au complet au coyotte grill de Pucon

 

A Tinquilco pendant que Martine et Gil sont allés se mouiller sous les araucarias de la pampa Quinchol, Pedro a fait office de bottero pour m'emmener pêcher sur le lac Tinquilco avec la barque prêtée par Carlos tout surpris de nous revoir. Bonne pêche et comme promis à Gil bon repas avec deux truites sacrifiées.

 cabana puerto parque Tinquilco

Autre attraction pas trop dans mes cordes, la sortie aux termas de Quimay-Co mais ceux-ci étant bordés par le rio Liucura j'ai pu m'échapper de l'eau chaude pour chausser mes waders et faire une dernière petite séance de pêche en nymphe.

 termas Quimay-co

Enfin je noterai que pendant ces 5 jours on a bu autant de Pisco sour que j'en ai bu en 5 voyages dans le sud et maintenant je connais la vraie recette de cette boisson.

 

Olivier.

 

Un dernier petit mot de Martine: on a fini par s'attacher à cette voiture fantasque qui nous a fourni quelques aventures, comme refuser de redémarrer sur une piste totalement perdue, et justement un mécano arrive avec sa famille dans les 2 minutes qui suivent. Ou bien se retrouver encore sur une piste isolée avec pour mission de rapporter une croix pour démonter la roue. Et bien, on finit toujours par y arriver... Les derniers jours avec Pedro et Gil nous ont effectivement vus plus souvent au restau, mais la température et la pluviométrie nous y ont poussés. La grande ville, très calme en ce matin de Noël, avec son soleil, nous accueille pour 2 jours, et comme d'habitude, j'ai maintenant hâte de rentrer...

 

Bises à tous et joyeux Noël!