Choshuenco.

 

On pourrait croire à un nom ukrainien, mais nous sommes toujours au Chili.

Une soirée classique, c'est à dire classe, à l'hôtel Riñimapu. Nous étions les seuls clients. Décidément, la saison touristique au Chili ne commence qu'en janvier. Un magnifique parc au bord du Lago Riñihue. Encore une séance « bote » pour Olivier, nettement plus sportive que la précédente, mais je ne connais pas le nom de son guide. Je peux cependant affirmer que le maniement de la rame donne de gros abdominaux! Un détail pour Josiane: le pisco sour nous est offert en guise de bienvenue en attendant le repas du soir (cena).

 

Direction l'autre bout du lac Panguipulli, et soirée rock'n roll. Nous avions réservé une cabana avec booking.com, et mes illusions se sont envolées. Ça ne marche pas toujours! Quand enfin nous avons trouvé l'endroit, le gars nous a dit qu'il ne pouvait pas nous recevoir, mais qu'il fonctionnait avec une autre cabana. En fait, Tintin, ça n'avait rien à voir avec lui ou avec notre réservation, et nous nous sommes retrouvés dans une grande cabana pour 6 personnes, qui ne nous convenait pas.

Depuis, toujours dans ce petit village de Choshuenco, nous avons trouvé la cabana qui nous correspond parfaitement, mélange de blues classique et de rumba. Nous y restons 4 nuits avant d 'aller retrouver Gil et son copain Pedro à Conaripe pour terminer l'escapade rurale. Ce sera très Country, je pense.

 

Choshuenco est un village qui commence à se tourner vers le tourisme, Mais il y a un long chemin à parcourir. Les magasins ressemblent à ce que devaient être les nôtres au début du XX ème siècle. Beaucoup de charme. Mais des achats assez aléatoires, suivant l'arrivage. Sauf en ce qui concerne les sodas et les barres chocolatées...

 

Nouvelles du temps: on ne va pas s'étendre dessus, à mon avis on n'a guère plus chaud que vous en France, la pluie promise tous les jours n'est pas si présente que ça. Notre seul avantage est la longueur du jour.

 

Nouvelles de la pêche: elles sont bonnes. On rencontre tous les jours un rio de rêve, et décembre est décidément la bonne période. Aujourd'hui, nous avons fait la connaissance de 2 jeunes garde-pêche, qui ont passé un long moment avec nous, au bord de ce large et magnifique Rio Enco. On a découvert à la fin de la discussion que l'un d'eux parlait français pour avoir passé 8 ans en Belgique. Heureusement qu'on est très corrects et qu'on n'a pas eu quelque conversation en aparté en français!

 

Et comme vous pouvez vous en douter, je lis beaucoup dans tous ces cadres magnifiques. Vive le kindle en voyage.

 

J'envoie plein de bisous humides et boisés à tous nos chers lecteurs.

 

Martine pescadora.


Et qui c'est qui se colle les photos c'est Olivier 56 ans, profession à définir ... ( Hoooo ! ) oui mais je suis funky ! ( AAAAHHHH ! ).

traversée du rio Enco

hooked on rio Enco

sernapesca control